Souvenirs de Bernard Favre; la petite enfance, Renens 1948 - 1957
B.Favre; 09.05.17; Version 0.1; chapitre 01, page 3 / 9
Introduction, considération sur le travail des enfants.
Dans les années 1950-1980, le travail des enfants était admis à condition que cela ne
nuise pas à leurs scolarités. Les enfants avaient même le devoir, dans la mesure du
possible, d’aider leurs parents.
Ces petits boulots étaient l’occasion de découvrir le monde du travail et la
société des adultes. Cela rapportait 20 à 30 francs par mois pour une dizaine d’heures
de travail par semaine.
Cette rallonge financière libre d’impôts et d’assurances était bienvenue dans le
budget familial (on logeait dans un vieux trois-pièces sans confort à 100Fr. par mois).
J’ai été mis au courant de cette possibilité de gagner de l’argent de poche par un
camarade d’école, et j’ai saisi immédiatement cette opportunité d’être
financièrement indépendant.
Ce statut de «travailleurs» m’imposait d’avoir une attitude dédaigneuse à
l’égard des camarades qui dépendait de la mansuétude familiale.